Assurance actualité : Janvier 2020. Tout ce que vous devez savoir en 1 clic !

En cette fin de janvier, l’équipe de Simply Conseils vous propose un petit tour de l’actualité des assurances en Suisse. Retrouvez toutes les informations essentielles !

Enfin la fin du démarchage !

Depuis plusieurs années, le démarchage téléphonique fait couler beaucoup d’encre dans notre pays. Dès 2017, le Parlement planche sur une modification de la loi, afin d’empêcher cette pratique. En juin 2019, une motion demande à la Confédération de réguler le démarchage. Ce projet de loi est soumis en consultation durant le premier semestre 2020 et suit le cours normal de l’adoption des lois.

Mais, en ce début d’année, à la surprise générale, les deux grandes faîtières de l’assurance-maladie, santésuisse et curafutura, se sont accordées sur un accord empêchant le démarchage téléphonique à froid, mais aussi sur le règlement des commissions aux courtiers. Démarche effective dès le 1er janvier 2021, 40 assureurs sur 51 actifs en Suisse ont déjà signé cet accord. Rapide coup d’œil des changements à venir :

  1. Le démarchage téléphonique

Le démarchage téléphonique à froid est désormais interdit. Néanmoins, l’utilisation des courtiers n’est cependant pas totalement interdite, mais les assureurs ne peuvent engager que des entreprises de démarchage publicitaire complètement transparentes. Par exemple, il leur faudra toujours envoyer par écrit des contrats conclus par téléphone et le client peut se rétracter durant les 14 jours suivants le contrat.

Par ailleurs, des sanctions sont prévues en cas d’infraction à cet accord : jusqu’à 100 000 francs dans l’assurance de base et 500 000 francs dans les assurances complémentaires. C’est un tribunal privé composé d’un membre de curafutura, un de santésuisse et un membre d’une association de la protection des consommateurs, qui tranchera.

  1. Les commissions des courtiers plafonnées

Les commissions des courtiers sont alors limitées à 70 francs au maximum pour l’assurance-maladie de base et au maximum le montant d’une prime annuelle pour les complémentaires.

Des choix porteurs de conséquences

Cependant, cet accord n’est pas sans conséquences, tant pour les assurés que pour les assureurs. Côté assureurs, les petits assureurs, qui utilisent plus souvent des intermédiaires, seront pénalisés par rapport aux grandes caisses, ce qui peut poser problème sur la question épineuse de la concurrence.

Pour les assurés, on note deux conséquences principales :

  1. Selon le responsable santé à la Fédération romande des consommateurs (FRC), Yannis Papadaniel, les amendes que recevront les assureurs seront reportées sur les assurés, via des « ponctions » sur les primes.
  2. Selon le responsable des affaires publiques chez Comparis.ch, Felix Schneuwly, interviewés par nombreux journalistes, la recherche de clients par différents canaux, comme la publicité ou le sponsoring aura une répercussion sur les primes maladies des assurés, qui risquent alors de passer à la caisse.

Vers un allègement des primes ?

Jeudi dernier, le 23 janvier 2020, le PS a déposé son initiative à la Chancellerie fédérale. Avec 118 000 signatures en 10 mois, le texte a convaincu la population suisse. Le texte vise à plafonner la prime de l’assurance-maladie à 10 % maximum du revenu. Aujourd’hui, la charge est en moyenne de 14 % selon le PS.

Si cette initiative passe, c’est la Confédération qui se chargerait des coûts à deux tiers au moins, le restant serait alors pris en charge par les cantons. Le projet vise à aider toutes les personnes qui n’ont pas accès à des subsides. Ainsi les familles de la classe moyenne, les retraités et les couples sans enfants pourraient voir leur facture baisser. Un projet ambitieux estimé à 3 ou 4 milliards de francs.

Remboursement du sport en 2020

Avec le début de l’année et les célèbres résolutions qui vont avec, qui ne s’est pas déjà inscrit à des cours de sport, dans une salle de fitness par exemple ou encore à des cours de yoga ?

Sachez que si votre professeur est un professionnel certifié et reconnu dans la discipline choisie, il vous est possible de vous faire rembourser une partie des frais selon votre assurance complémentaire et votre profil d’assuré. La meilleure chose à faire pour éviter les mauvaises surprises est de faire valider son professeur directement auprès de son assureur, qui vous dira si cette discipline est prise en compte et à hauteur de combien elle peut être remboursée.