AVS, LPP et prévoyance privée : comment calculer sa future retraite ?

Article Simply Conseils - AVS, LPP et prevoyance privee comment calculer sa future retraite

La réforme suisse des retraites fait l’objet de tous les débats depuis quelques années. En effet, à cause du vieillissement de la population, notre système commence à montrer ses limites. La situation pourrait donc devenir préoccupante pour nos futurs retraités. D’où l’importance toujours grandissante pour les citoyens actifs de planifier leur retraite. Pour cela, il est possible de compléter leur prévoyance professionnelle par une ou plusieurs options de prévoyance privée. Alors, quelles sont les meilleures options pour connaître et compléter sa future rente AVS pour la retraite ?

Simply Conseils - Infographie Article AVS LPP et prevoyance privee comment calculer sa future retraite

Calculer sa future rente LPP

Il est relativement facile de savoir ce que l’on touchera de son deuxième pilier une fois la retraite arrivée. En effet, votre caisse de pension vous fournit annuellement un document récapitulatif sur lequel figure une projection de votre prévoyance. Ce calcul est basé sur tout ce qui a déjà été cotisé ainsi que sur une estimation des cotisations futures et des bénéfices crédités provenant des taux d’intérêts. Vous obtenez donc le montant approximatif de votre avoir lorsque vous arriverez en âge de retraite. 

Cette estimation a des limites

Évidemment, il s’agit d’une estimation. Plus il vous reste d’années à travailler, plus ce montant peut s’écarter de la réalité. Ce calcul ne prend notamment pas en compte vos futures augmentations de salaire, de possibles incapacités de travail ou tout paramètre qui peut impacter négativement vos cotisations au 2ème pilier. Les années manquantes de cotisations peuvent notamment diminuer votre future rente AVS. 

Racheter des montants de cotisations LPP : est-ce avantageux ?

Oui… et non. Les caisses de pension ont évidemment tout intérêt à ce que vous investissiez davantage d’argent chez elles. 

Pour calculer, elles se basent sur votre dernier salaire annuel, mais c’est là que la facture peut grimper… elles calculent vos cotisations potentielles comme si vous aviez gagné ce montant depuis vos débuts professionnels. Par exemple, depuis vos 18 ans si vous avez fait un apprentissage ou depuis vos 25 ans si vous avez suivi des études supérieures et commencé à travailler plus tard. Autant dire que personne ne gagnait le même salaire à 20 ans qu’à 40… Cela peut représenter des montants potentiellement récupérables impressionnants. 

De même, si vous recevez une grosse augmentation, la caisse de pension réajuste son calcul l’année suivante : elle calcule le potentiel de cotisation comme si vous aviez gagné ce montant-là toute votre vie professionnelle. Vous l’aurez compris, il est donc possible de racheter ad aeternam son 2ème pilier, le revenu augmentant naturellement avec l’âge, l’expérience, les promotions, les changements d’entreprise, etc.. Là où cela devient avantageux, c’est que ces rachats de son deuxième pilier sont partiellement déductibles des impôts. Plus d’informations dans l’article du Temps. Si le montant à racheter est très important, il est toutefois préférable d’échelonner les versements sur plusieurs années pour bénéficier d’une meilleure réduction d’impôts. 

Sachez également que les années les plus intéressantes sont les dernières années avant la retraite. Car “plus le revenu est élevé et plus le délai d’ici au retrait des avoirs de prévoyance est court, plus un rachat dans la caisse de pension est attrayant”. (Source : Vermoegenszentrum.ch)

 

Calculer sa future rente AVS

Par contre, du côté de la rente AVS, les calculs se compliquent. Malgré le fait que la rente minimum est fixée à 1’195 chf et le maximum à 2’390 chf, aucun organisme ne fournit de projection chiffrée précise concernant les futures rentes personnelles. Si vous souhaitez obtenir une estimation détaillée, cela peut se faire au prix de démarches exigeantes et interminables. 

Pour chaque année de manquement de cotisation, sachez qu’une pénalité de 2,28% par an s’applique sur la future rente. Cela peut avoir des conséquences, et ce même sur la rente minimum. Il est également possible de limiter ces pénalités. Comment ? En rachetant des années de cotisations manquantes (mais seulement pour 500 chf par an et pour un nombre limité d’années).

Calculer soi-même avec le calculateur ESCAL

Le Département fédéral des finances propose un calculateur de future rente AVS sur le site ESCAL. Pour cette démarche, réunissez vos extraits annuels de la caisse de compensation et faire une demande d’extrait à l’AVS. Ce processus prend quelques semaines, mais toujours moins longtemps que faire la demande du calcul précis. 

Cette procédure permet également de vérifier que vos différents employeurs aient effectué les bons versements. En cas d’anomalie ou d’oubli, cela peut pénaliser votre rente. Nous vous conseillons donc de bien conserver vos fiches de salaire et vos récapitulatifs annuels de la caisse de compensation.

Faire une demande d’extrait ou de projection de rente auprès de l’AVS

Une demande de calcul précis de la rente auprès de votre caisse AVS est gratuite si vous avez plus de 40 ans. Cette démarche prend néanmoins du temps car le calcul complexe nécessite énormément de documents (surtout si vous êtes marié-e et que le revenu du ménage doit être pris en compte). 

Le plus simple pour les deux époux est encore de faire une demande simultanée pour simplifier la procédure. Malgré cela, l’analyse du dossier prendra plusieurs mois. Différents cas de figure compliquent encore ces calculs. C’est le cas pour un premier mariage, divorce, partenariat enregistré et/ou remariage. Toutes les années de mariage doivent alors être comptées séparément avec un plafond maximum. 

Pour faire votre demande auprès de la caisse, vous devrez fournir de nombreux documents. Préparez-vous à vous plonger dans la paperasse pour connaître le montant de votre future rente avs.

 

Compenser la baisse future des rentes par une prévoyance privée

Selon l’étude du Crédit Suisse parue en 2019, les rentes AVS risquent fortement de chuter d’ici quelques années. Le système de prévoyance suisse atteint ses limites et le vieillissement de la population s’accélère. Il y aura à terme trop peu de jeunes actifs pour payer les rentes avs des futurs retraités. “En 2025, la proportion de retraités par rapport à la population âgée de plus de 24 ans sera de 38% contre 25% actuellement.” (Article “Retraite décente en 2050 : rêve ou réalité ?”)

Les avantages du 3ème pilier

Un troisième pilier 3a vous permet d’épargner un maximum totalement déductible des impôts de 6’883 chf par année. Si vous décidez de placer votre avoir de manière plus ou moins risquée, il est possible de gagner des intérêts annuels, et donc d’augmenter votre avoir. 

À la retraite, vous choisirez entre retirer le contenu du troisième pilier en capital ou le recevoir en rente mensuelle. Sachez que l’option du retrait en capital est imposable en tant que fortune mais bénéficie d’un taux préférentiel, ce qui est très avantageux. Découvrez comment fonctionne le troisième pilier dans notre dernier article de blog.

Troisième pilier bancaire ou chez une assurance ?

Tout d’abord, il est important de définir combien vous pouvez vous permettre d’épargner suivant votre budget. Bon à savoir également : un salarié et un indépendant ne sont pas soumis aux mêmes conditions. 

Les troisièmes piliers bancaire et en assurance ont tous deux leurs avantages et leurs inconvénients. À vous de définir quelle est la meilleure option selon vos besoins et vos capacités d’épargne. Mais surtout selon vos préférences en termes de risque ou de sécurité pour le placement de votre capital. Article détaillé à lire sur notre blog : “ 3ème pilier : je le place dans une banque ou dans une assurance ?”

Chez Simply Conseils, nos experts en prévoyance analysent votre situation en détail. Ils vous conseillent et vous proposent des solutions sur mesure pour vous assurer un revenu confortable à la retraite.